Accueil
Le péché originel
La loi
La Grâce
La Grâce
Documents
Inspiration et Préservation
La Bible Authentique
Emancipation de la Religion
Annulation des Formes de Distinctions
La saisissante réalité du péché
Le mal le Diable et les Démons
La Loi de l'Ancienne Alliance
Eglise Marginale
Comment vivre une vie de vaiqueur
Voyage au pays Vaudois
Histoire des Vaudois 1669
Le Christianisme Paganisé



Contact
Information
Confession de foi
Liens
La Bible Authentique

O-logos.com

La Bible Authentique: Quelle Version?

Par Jean Leduc

?

  

  

Chapitre 14

LA CONFESSION DE FOI

de l'Association des Églises Baptistes Évangéliques au Québec



PRÉFACE de la lettre intitulée

LA CONFESSION DE FOI de L'Association des Églises

Baptistes Évangéliques au Québec

Examinée sous la loupe des Saintes Écritures

(texte écrit avant son apostasie)




Chers frères en Jésus-Christ, peuple élu de Dieu, brebis du bon Berger, que la grâce, la miséricorde et la paix vous soient multipliées!


 


En lisant cette lettre, gardez cette préface à l'esprit; car la lettre était premièrement adressée aux pasteurs, aux théologiens, aux enseignants, aux anciens et à tout responsable ou dirigeant de l'Église de Dieu; mais, comme je l'ai écrit, elle est aussi d'intérêt à tous ceux qui ont été élus par la grâce de Dieu en Jésus-Christ.


 


C'est pourquoi, la première classe de gens concernés ayant apparemment fait la sourde oreille et l'ayant rejeté, je partage maintenant, selon la volonté de Dieu, le contenu de cette lettre à tout le peuple de Dieu, afin qu'il soit directement averti de ces choses d'une extrême importance, et qu'il en juge lui-même selon le discernement que le Seigneur lui donnera.


 


En plus de SEMBEQ (Séminaire Baptiste Évangélique du Québec), au-dessus d'une soixantaine de pasteurs et de responsables d'Églises baptistes d'un peu partout à travers le Québec et ses environs (faisant partie de l'Association ou étant mentionnées sur le site web de l'Association) reçurent, par courrier électronique, cette lettre qui leur était particulièrement adressée. Elle leur fut envoyée le 18 janvier 2002.


 


J'avais relevé les adresses électroniques de ceux-ci dans la liste d'Églises mentionnées sur le site web officiel de l'Association, pour soumettre à leur attention, de manière honorable et avec grand soin, ce point central de notre foi qui est, de nos jours, si négligé et même ouvertement attaqué; il était véritablement nécessaire et important de le faire, car leur propre Confession de foi, en accord avec leurs enseignements et leurs pratiques, s'acharne à détruire ce point de notre foi.


 


Cependant, seulement 4 personnes prirent la peine de me réécrire; et celles-ci évitèrent complètement de répondre au problème posé dans ma lettre. De plus, bien que je ne connaisse pas tous les effets qu'aient pu avoir cette lettre dans les coeurs de tous ceux qui l'ont lu, il semble bien qu'elle ne fut généralement pas appréciée, et qu'aucun changement ne fut apporté à leur Confession de foi, et qu'aucune correction de leur enseignement ou encore de leur pratique ne fut signalée.


 


Donc, quelques mois plus tard, ayant patiemment laissé passé un certain temps, j'ai pris la décision, le 23 avril 2002, après avoir consulté le Seigneur, de remettre cette lettre à mon bien-aimé frère en Christ Jean Leduc, fidèle et vaillant défenseur de la Bible Authentique de Jésus-Christ, afin qu'il la publie sur le web et qu'il l'ajoute à son excellent livre: La Bible Authentique: Quelle Version? Et ce, non dans le but d'accuser amèrement quiconque, mais bien plutôt dans le but de faire éclater la vérité et la gloire de la Parole de Dieu parmi le peuple de Dieu.


 


J'espère que cette lettre sera profitable à tout le peuple de Dieu, et qu'elle lui servira de mise en garde; car, comme le dit Jean dans son introduction du livre: "Depuis déjà trop longtemps, les chrétiens de langue française sont maintenu volontairement par des théologiens et des pasteurs

libéraux, dans l'ignorance en ce qui concerne la corruption des textes des Bibles modernes."


 


Bien qu'elle concerne directement les gens se réclamant de l'Association d'Églises baptistes au Québec, parce qu'elle fut adressée à leurs dirigeants, son contenu concerne presque toutes les autres dénominations et Églises de langue française, et tous les Chrétiens à divers niveaux. Si vous vous considérez un Chrétien authentique, je vous prie d'y porter attention!

Que Dieu vous bénisse et vous garde, et que la grâce soit avec vous!


 


Alexandre Grondin


 


LA CONFESSION DE FOI


de l'Association des Églises Baptistes Évangéliques au Québec


 Examinée sous la loupe des Saintes Écritures par Alexandre Grondin, Chrétien.


 


COMPRENEZ-VOUS CE QUE VOUS LISEZ?


"Ceux-ci eurent des sentiments plus nobles que ceux de Thessalonique, et ils reçurent la Parole avec beaucoup de promptitude, examinant tous les jours les Écritures, pour voir si ce qu'on leur disait était exact." -Actes 17: 11-


Les versets cités dans cette lettre sont tirés de la Sainte Bible, version d'Ostervald révisée, édition de 1996.


 


INTRODUCTION


 "A Dieu, seul sage, notre Sauveur, soient gloire et magnificence, force et puissance, et maintenant et dans tous les siècles! Amen." -Jude 25-


 


Cette lettre s'adresse premièrement aux pasteurs, aux théologiens, aux enseignants, aux anciens et à tout responsable ou dirigeant de l'Église de Dieu, mais elle est d'intérêt à tous ceux qui ont été élus par la grâce de Dieu en Jésus-Christ; elle a pour but de faire une révision critique du premier point de la Confession de foi de l'Association des Églises Baptistes Évangéliques au Québec, telle que retrouvée sur le site web officiel de l'Association des Églises Baptistes Évangéliques au Québec (www.aebeq.qc.ca); elle se conforme également à l'un des buts visés par l'Association, qui est "de sauvegarder le caractère biblique de nos Églises." (www.aebeq.qc.ca)


 


Elle examinera ce premier point de la Confession de foi à la lumière de la Parole infaillible de Dieu, qui est la pierre de touche qui éprouve toutes choses, révélant celles qui doivent subsister et être louées, et celles qui doivent être censurées et déracinées. Elle examinera donc les Écritures pour voir si ce que la Confession de foi dit est exact.



Bien que je ne sois rien, moi, celui qui vous a écrit cette lettre, je vous prie de lire avec patience, attention et considération ces choses, jusqu’à la fin; j’estime que ce n’est pas en vain que je vous ai écrit, car le sujet ici traité est d’une importance capitale pour le peuple de Dieu, et plus particulièrement pour ses dirigeants et pour ses principaux hommes d’influence. Je vous averti que cette lettre ne tourne pas autour du pot, mais qu'elle tranche aussi sûrement que l'Épée de l'Esprit qu'elle contient tranche. Si vous lisez ceci, lisez-le au complet, jusqu'à la fin.


 


Nous ne devons pas craindre de remettre toutes choses en question devant la Parole de Dieu, pour examiner si nous sommes dans la vérité et dans la foi qui a été donnée une fois aux saints; car ce qui est fermement établi de la Parole le sera plus encore, par l’illumination donnée du Saint-Esprit; et ce qui ne l’était pas, n’était, après tout, qu’une nuisance à l’édification du Corps de Christ.


 


N'oublions pas, chers frères de la famille de la foi, que c'est la Confession de foi qui est soumise à la Parole de Dieu, et non la Parole de Dieu qui est soumise à la Confession de foi. La foi vient de la Parole de Dieu, et elle doit être constamment réformée par elle. Autrement dit, ce n'est pas nous qui devons mettre les mots dans la bouche de Dieu, et être d'habiles et rusés manipulateurs de la Parole inspirée de Dieu. Gardons la Parole de Jésus.


 


Je soumets donc cette oeuvre réformatrice à l'impartiale appréciation de mes frères en Jésus-Christ, vous exhortant fortement à examiner vous-mêmes les Écritures pour vérifier l'exactitude de toutes choses, et vous exhortant fortement à ne pas laisser le levain du Malin subsister et croître au milieu de vous, comme il convient à des enfants de Dieu qui font profession de marcher dans la vérité et d'aimer la vérité. Puissiez-vous accepter, dans l'humilité, l'intégrité et l'honnêteté, par le Saint-Esprit, cette oeuvre d'un des plus petits membres du Corps de Christ, faite pour l'utilité commune, et puisse tout le Corps ainsi croître dans la maturité spirituelle et en être édifié, pour le plus grand rayonnement de Jésus par son Église, qui est la base et la colonne de la vérité en ce monde! Que le Seigneur soit trouvé juste, et tout homme menteur! Méditez bien toutes ces choses, priez, et que le Seigneur vous donne un esprit de sagesse et de révélation dans sa connaissance. Le Seigneur vient bientôt!


 


LE CRÉDO : Confession de foi


 


a) Bible : Nous croyons que la Bible est la parole de Dieu complète; que les soixante-six (66) livres, tels qu'ils ont été écrits à l'origine, comprenant l'Ancien et le Nouveau Testament, furent inspirés verbalement par l'Esprit de Dieu et furent entièrement libres d'erreur, que la Bible est l'autorité finale en toute matière de foi et de pratique, et la vraie base d'unité chrétienne.


 


Commentaires: Ce premier article de foi est véritablement un chef-d'oeuvre, c'est-à-dire, un chef-d'oeuvre de subtilité, de ruse et de manipulation, voir de blasphème. C'est la seule louange que je puis lui donner. Pourquoi? Parce que cet article de foi, subtilement, par un soigneux artifice bien réfléchi (destiné à tromper les masses mais à être reconnu par les initiés), ne confesse point l'inspiration divine et l'infaillibilité des Saintes Écritures retrouvées dans le Canon protestant de la Sainte Bible; mais, au contraire, il renie carrément l'Écriture, son inspiration, son infaillibilité et même son autorité. Que celui qui a des yeux pour voir, voit.



Le commencement et la fin de cet article de foi sont corrects, toutefois ils sont sans force car le ou les auteurs de cet article de foi sont de fins renards qui ont glissé, entre le "Nous croyons que la Bible est la Parole de Dieu complète;" et le "que la Bible est l'autorité finale en toute matière de foi et de pratique, et la vraie base d'unité chrétienne." que la Bible ÉTAIT inspirée et ÉTAIT libre d’erreur, impliquant sournoisement qu'elle ÉTAIT verbalement inspirée et libre d'erreur, mais qu'elle ne l'est pas présentement. Discernez bien: "que les soixante-six (66) livres, tels qu'ils ont été écrits à l'origine, comprenant l'Ancien et le Nouveau Testament, furent inspirés verbalement par l'Esprit de Dieu et furent entièrement libres d'erreur,"

Chapitre 14

LA CONFESSION DE FOI de l'Association des Églises Baptistes Évangéliques au Québec.

1.

 

2.


3.

 

4.

 

5.


6.


7.

table

Discernez bien qu'il n'y a, dans cet article de foi, aucune confession de l'inspiration verbale et de l'infaillibilité actuelles et éternelles de la Parole écrite de Dieu; mais, au contraire, il y a un reniement implicite et total de son inspiration verbale et de son infaillibilité actuelles et éternelles. C'est en vérité, non une Confession de foi, mais une Confession d'incrédulité et d'apostasie.


 


Elle confesse que la Bible est la Parole de Dieu complète, et qu'elle est l'autorité finale en toute matière de foi et de pratique, et la vraie base d'unité chrétienne, mais seulement dans ses autographes (les premiers exemplaires, les livres écrits de la main même des divers auteurs bibliques), car elle dit: tels qu'ils ont été écrits à l'origine. Elle confesse que la Bible est en vérité un livre perdu, et que nous n'en avons présentement qu'une approximation qui n'est pas intégralement inspirée et entièrement libre d'erreur. Elle confesse qu'elle était verbalement inspirée et entièrement libre d'erreur dans ses autographes, mais plus maintenant.


 


Et nous voyons que la fausseté et la subversion de ce premier article de foi se reflètent bel et bien dans la réalité des enseignements et des pratiques en accord avec lui; car il est écrit, dans un vieux manuel de SEMBEQ (Séminaire Baptiste Évangélique du Québec) :


 


"L'inspiration ne s'étend qu'aux documents originaux et non pas aux traductions ou aux copies. Ces manuscrits n'existent plus mais des savants ont beaucoup étudié pour déterminer l'exactitude du texte qui existe. Quoique des variations mineures surgissent, elles affectent rarement un enseignement de l'Écriture." (Doctrines Essentielles de la Bible, Tome 1, Cours de SEMBEQ).


 


Est-ce le prétendu "enseignement" qui est important; ou sont-ce les paroles de Dieu qui sont importantes?


 


Frères, que dirons-nous? Nous dirons ce que la Parole écrite de Dieu nous dit: "Toute l'Écriture est divinement inspirée, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour former à la justice;" (2 Timothée 3:16) L'Écriture EST divinement inspirée! Sinon, elle serait entièrement INUTILE pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, ou pour former à la justice! Et quoi encore, le Seigneur Jésus-Christ n'a-t-il pas dit: "Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point." (Luc 21:33) ?


 


N'a-t-il pas encore dit: "Car je vous le dis en vérité, jusqu'à ce que le ciel et la terre aient passé, il ne passera pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre que tout ne soit accompli." (Matthieu 5:18) et "Mais il est plus aisé que le ciel et la terre passent, qu'il n'est possible qu'un seul trait de lettre de la loi soit aboli." (Luc 16:17b)? (Exemple: réfléchissons; si une seule parole de la Loi de Moïse, ce divin document légal, aurait été perdue ou altérée, un des plus petits commandements de la Loi aurait pu, en conséquence, être complètement perdu ou altéré, et donc, toute la Loi aurait été trouvée fautive, étant aussi faible que son plus faible maillon. Car, en effet, il est écrit: "Vous n'ajouterez rien à la parole que je vous prescris, et vous n'en diminuerez rien; afin d'observer les commandements de l'Éternel, votre Dieu, que je vous prescris." [Deutéronome 4:2])


 


Ne fonde-t-il pas sa défense contre les Juifs, dans Jean 10:33-36, sur un seul mot de nature controversée des Écritures de l'Ancien Testament, disant: "N'est-il pas écrit dans votre loi: J'ai dit: Vous êtes des dieux. Que si elle a appelé dieux ceux à qui la parole de Dieu était adressée (et l'Écriture ne peut être rejetée), Dites-vous que je blasphème, moi que le Père a sanctifié et qu'il a envoyé dans le monde, parce que j'ai dit: Je suis le Fils de Dieu?" (Jean 10:34b-36) ?


 


N'est-il pas écrit, dans le livre d'Ésaïe le prophète, ceci: "Et pour moi, voici mon alliance avec eux, a dit l'Éternel: Mon Esprit qui est sur toi, et mes paroles que j'ai mises dans ta bouche, ne se retireront pas de ta bouche ni de la bouche de ta postérité, ni de la bouche de la postérité de ta postérité, a dit l'Éternel, dès maintenant et à jamais!" (Ésaïe 59:21) ?


 


Et l'Écriture, à la toute fin, ne nous adresse-t-elle pas ce solennel avertissement (que celui qui le lit, y fasse TRÈS sérieusement attention): "Je proteste à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre que si quelqu'un y ajoute, Dieu fera tomber sur lui les plaies écrites dans ce livre; Et si quelqu'un retranche des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part du livre de vie, et de la sainte cité, et des choses qui sont écrites dans ce livre." (Apocalypse 22:18-19)? Amen !


 


Mais les auteurs de cet article de foi renie même l'autorité de l'Écriture, quoiqu'ils lui fassent du "lip-service"(du blabla pieux) pour camoufler leur incrédulité; car selon leur ligne de raisonnement, l'apôtre Paul aurait dû écrire à son bien-aimé Timothée: toute l'Écriture ÉTAIT autrefois, telle qu'elle fut écrite à l'origine, divinement inspirée! Ce verset (2 Timothée 3:16) est en vérité la pierre d'achoppement de ces gens-là.



Faisons-leur donc remarquer que lorsque Paul a écrit ce passage à Timothée, les Juifs n'étaient plus en possession des autographes des livres de l'Ancien Testament, et des centaines et des centaines d'années s'étaient déjà écoulées depuis l'écriture des premiers livres de la Bible. Assurément, selon les raisonnements tordus et sans foi de ces gens-là, que les Juifs n'étaient plus alors en possession de la Parole de Dieu intégralement inspirée et entièrement libre d'erreur. Pourtant, Paul l'endossa et la confessa avec 2 Timothée 3:16, et notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ Lui-même, lors de son ministère terrestre, endossa et confessa SA PROPRE PAROLE écrite sans réserve, sans critique textuelle naturaliste, sans amendements et sans ressentir le devoir de restituer "UNE BIBLE ORIGINALE PERDUE" par la faute de la transmission humaine !


 


Nous voyons donc que cet article de foi conteste le témoignage autoritaire que la Bible porte sur elle-même, et désavoue "par les bandes" l'autorité finale de la Bible, laissant ainsi le champ libre à certains hommes qui veulent s'élever en autorités finales sur la Parole de Dieu, voulant en être les juges.


 


Selon le Droit Canon de l'Église catholique romaine, c'est le Pape qui a autorité sur la Parole écrite de Dieu et qui a droit de rectification sur elle, et non le contraire; nos pseudo-docteurs seraient-ils donc ces nouveaux papes baptistes ou protestants qui se réservent le droit de rectifier la Parole au gré de leurs conjectures et dont l'autorité et le témoignage pèsent plus que l'autorité et le témoignage de la Parole? Avons-nous là affaire à "l'Église Catholique Baptiste" avec ses mini-papes? Rappelez-vous que les apôtres nous ont mis en garde, dès le commencement de l'Église, dans les Écritures, que de faux-docteurs s'élèveraient parmi nous; et nous savons que ce n'est pas en vain qu'ils nous ont mis en garde, car c'est une épreuve normale de la vie chrétienne. Même que Paul, après avoir exhorté Timothée à prêcher la Parole en temps et hors de temps, à reprendre, à censurer, à exhorter en toute patience et à instruire (2 Timothée 4:2), dit:


 


"Car il viendra un temps où les hommes ne souffriront point la saine doctrine, mais où, désireux d'entendre des choses agréables, ils s'amasseront des docteurs selon leurs convoitises, Et fermeront l'oreille à la vérité, et se tourneront vers des fables." (2 Timothée 4:3-4)


 


Ainsi, certains de ces faux-docteurs, enflés d'une fausse science, après avoir corrompu les Écritures, iront même jusqu'à enseigner que Marc 16:9-20(Fin glorieuse de l'Évangile de Marc) et que Jean 7: 53 - 8:11(Gracieux récit de la femme adultère) ne sont pas des passages authentiques de la Parole de Dieu, car ils ne se retrouvent pas dans leurs deux plus anciens manuscrits de la Septante grecque mythique, qui sont, selon eux, les meilleurs, malgré que l'un a été retrouvé alors qu'il traînait dans la bibliothèque du Vatican (Codex Vaticanus), et que l'autre (découvert au 19ème siècle) a été retrouvé dans une poubelle d'un monastère d'Égypte (Codex Sinaiticus); malgré qu'ils se contredisent énormément entre eux, qu'ils contiennent certains livres apocryphes du Canon biblique de l'Église catholique romaine ainsi que d'autres livres apocryphes tels que le Berger d'Hermas et l'Épître de Barnabé, et qu'ils contiennent plusieurs séries successives d'altérations, de retranchements et de corruptions évidentes et volontaires faites par la main d'ennemis de la Parole! De plus, leurs manuscrits, leur fausse critique textuelle naturaliste du Texte biblique et leur pratique sont approuvés et encouragés par le Vatican, qui, comme l'histoire nous l'enseigne, a cherché à renverser la Réforme protestante depuis ses débuts, et, surtout, a cherché à faire disparaître le précieux Livre de la Réforme, acquis au prix des sacrifices et du sang de milliers de saints à travers l'histoire, pour lui substituer, à sa place, ses versions corrompues et subversives. Il devient dès lors étonnant que ces si grands docteurs, bourrés de séminaires, à l'intellect supérieur à la moyenne des Chrétiens, qui étalent leur si grand savoir intellectuel, les maîtres des simples, les conducteurs des aveugles, les docteurs des ignorants, soient dupés par cette déception et dupent les autres! Heureusement que le Seigneur a rendue folle la sagesse de ce monde !


 


Bref, la doctrine de l'inspiration divine et de l'infaillibilité des Saintes Écritures est absolument sans valeur si elle n'implique pas la préservation providentielle de ces Saintes Écritures. La Sainte Bible n'est pas qu'un exploit de conservation parmi les anciens documents littéraires, même si certains peuvent aller jusqu'à estimer qu'elle est à 98-99% conforme à la "première Bible". Elle est bien plus que ça. Elle est divinement préservée à 100% par la providence de Dieu, qui veille à ce que la Parole qui correspond à 2 Timothée 3:16 existe pour l'Église de tous les siècles. Heureusement que "Toute l'Écriture est inspirée de Dieu" sinon, comment pourrions-nous vivre "de toute parole qui sort de la bouche de Dieu" (Matthieu 4:4) ?


 


Si le Seigneur sauvait ses élus sans les préserver jusqu'au bout par la foi, s'ils pouvaient perdre ce si grand salut, ce salut serait sans valeur, et ce ne serait plus une grâce. Ainsi en est-il de la doctrine de l'inspiration divine et de la préservation providentielle, et du don de la Sainte Bible, ce Livre divin. Dieu est Souverain, et après avoir donné l'Écriture, il veille sur elle et ne l'abandonne pas entièrement aux caprices de l'homme.


 


Comparez le premier point de cette Confession de foi à ce qui est écrit dans d'autres Confessions de foi plus anciennes, telle que la célèbre Confession de foi de Westminster, et remarquez l'infériorité et la subversion évidentes du premier article de foi:


 


"L'Ancien Testament en hébreu (qui était la langue maternelle de l'ancien peuple de Dieu) et le Nouveau Testament en grec (qui, au temps qu'il fut écrit, était la langue la plus vastement connue parmi les nations) étant directement inspirés de Dieu, et par son soin particulier et sa providence conservés purs au cours des siècles, sont par conséquent authentiques; de sorte que l'Église se réfère à eux en dernier ressort dans toutes les controverses religieuses." (Article VIII, Confession de foi de Westminster, 1667)


 


Une autre Confession de foi historique, la Confession de foi baptiste de Londres (de 1689), confesse exactement la même chose sur ce point, en reprenant les mêmes mots, que cette Confession de foi de Westminster.


 


Si le premier article de foi de la Confession de foi de l'Association avait été correct et non-subversif, il aurait donc dû ressembler à ceci (avec le minimum de modifications):

"Nous croyons que la Bible est la parole de Dieu complète; que les soixante-six (66) livres, nous ayant providentiellement été préservés, comprenant l'Ancien et le Nouveau Testament, sont inspirés verbalement par l'Esprit de Dieu et sont entièrement libres d'erreur, que la Bible est l'autorité finale en toute matière de foi et de pratique, et la vraie base d'unité chrétienne."


 


Je vais aussi en profiter pour souligner à mes frères en Christ que, même de nos jours, plusieurs Baptistes dans le monde, ainsi que leurs Églises locales respectives, croient et adhèrent à l'inspiration, à l’infaillibilité, et à la préservation providentielle des Saintes Écritures, déclarant et confessant que la Sainte Bible EST inspirée et entièrement libre d'erreur, dans son Texte original comme dans ses traductions fidèles, et que le Seigneur l'a providentiellement et entièrement préservée pour son Église. Ces Baptistes vous annonceraient très certainement le même avertissement, en défense de la Parole de Dieu, que celui que je vous adresse ici.


 


Frères, pourrez-vous demeurer dans une molle indifférence, pourrez-vous donner votre adhésion passive à cet article de foi, ou à tout article de foi similaire, ou à toute pratique impie et à tout faux enseignement qui se conforment à un tel article de foi? Il ne faut pas; car la tiédeur, par rapport à la foi, est certes l'une des caractéristiques les plus dégoûtantes, propre à faire vomir (Apocalypse 3:15-16). Je dirai même que si nos armes étaient terrestres, et que notre combat était charnel, il conviendrait de mettre à feu et à sang le monde entier pour défendre la Parole inspirée de Dieu. Heureusement que nous nous rappelons que notre combat est spirituel, lorsque nous nous rappelons ces paroles de Jésus: "Je suis venu apporter, non la paix, mais l'épée." (Matthieu 10:34) Je vous exhorte donc d’examiner la vérité et de vous attachez fortement à elle, et, par conséquent, de réformer votre Confession de foi, ou sinon d’en retirer votre appui.


 


Vous qui vous appelez pasteurs, ou encore théologiens, ou enseignants, ne soyez pas des conducteurs aveugles du petit troupeau de brebis de Dieu; car le Seigneur les aime, et Il vous en redemandera compte. Persévérez donc à veiller sur eux avec bienveillance et amour, cherchant à être dans la vérité pour eux, étant zélés pour leur donner de la bonne nourriture vivifiante, tout en les gardant du levain; et le Seigneur vous louera, disant: "Bons et fidèles serviteurs".

"Nous croyons que la Bible est la parole de Dieu complète; que les soixante-six (66) livres, nous ayant providentiellement été préservés, comprenant l'Ancien et le Nouveau Testament, sont inspirés verbalement par l'Esprit de Dieu et sont entièrement libres d'erreur, que la Bible est l'autorité finale en toute matière de foi et de pratique, et la vraie base d'unité chrétienne."



J'ai, pour le moment, suffisamment écrit à ce sujet, mais je vous encourage tous à vous réveiller sur ce point et à rechercher ardemment la vérité, celle de Dieu et non celle qui est perpétuée par les hommes. Si cette lettre vous a seulement et uniquement portés, pour le moment, à réfléchir sur ces choses, elle aura accompli son but. Comme l'apôtre Paul pourrait dire, je ne me suis pas adressé à vous par les discours pathétiques de la sagesse humaine, et je ne suis pas venu vous séduire par une quelconque philosophie ou par de vaines tromperies, selon la tradition des hommes et les rudiments du monde; mais je me suis adressé à vous selon Christ, par une démonstration véritable de son Esprit.


 


Je vous ai parlé, dans cette lettre, non d'interprétation de la Bible, mais d'inspiration de la Bible. Toute interprétation est futile et vaine sans l'inspiration divine de la Sainte Bible. De la Parole de Dieu dépendent toutes choses, principalement notre foi, qui vient de cette Parole; l'authentique Parole inspirée et infaillible est la base même de notre très sainte, gracieuse et authentique foi. La valeur et l'intégralité de son inspiration est pour nous un point vital, fondamental, prioritaire, de la plus haute importance; car cette Parole, qui rend témoignage de Jésus-Christ et de son admirable doctrine, est la Source de la vie ("Car ce n'est pas une parole vaine pour vous, mais c'est votre vie;" [Deutéronome 32:47a]).


 


Mes frères, aimons-nous dans la VÉRITÉ. Si, après avoir lu cette lettre, vous vous dites: ce sont là des paroles dures à entendre; sachez que ce n'est pas moi qui vous réprouve, mais la Parole de Dieu, dont je ne suis ici que le porte-Parole. Je puis, dans une bonne conscience devant Dieu et avec coeur intègre et sincère, honnêtement vous dire que je vous aime dans la vérité de la Parole de Dieu et que je m'inquiète pour vous: ce pourquoi je vous ai écrit, ayant en l'abondance de mon coeur ces versets:


 


"Une réprimande ouverte vaut mieux qu'une amitié cachée. Les blessures faites par celui qui aime, sont fidèles; mais les baisers de celui qui hait son trompeurs." (Proverbes 27:5-6)


 


J'ai cherché à combattre le bon combat de la foi à votre égard, "Pour détruire les raisonnements et toute hauteur qui s'élève contre la connaissance de Dieu, et pour amener toute pensée captive à l'obéissance de Christ." (2 Corinthiens 10:5)


 


Au cas où vous endurciriez vos coeurs à mes paroles, ne voulant me considérer que comme un adversaire, je vous réponds d'avance les célèbres paroles de l'apôtre Paul: "Suis-je donc devenu votre ennemi, en vous disant la vérité?" (Galates 4:16) Certes non! Car, en tant qu'enfants bien-aimés de Dieu ayant la pensée de Christ, la vérité ne peut que vous faire du bien. Le Malin, notre véritable Ennemi, étant dans une grande fureur en ces derniers jours, voulant déraciner notre foi et l'éteindre complètement ("Mais quand le Fils de l'homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre?" [Luc 18:8b]), et voulant compromettre notre témoignage, ne va-t-il pas s'attaquer à la BASE de notre foi? Pensez-vous que cela soit possible que cela fasse partie de sa stratégie? Croyez-vous que ce soit impossible? Est-il impossible qu'un bûcheron, pour couper un arbre, puisse penser à le couper à sa base? En effet, nous voyons que, dès le Jardin d'Éden, le Serpent subtil corrompt la Parole de Dieu.


 


Pour conclure, mes frères, inévitablement, il faut trancher cette affaire sans détour: choisissez donc, en ce jour, en qui vous placerez votre confiance: en vos supposés docteurs (Carson, Nicole, Aland, etc.), dans le Pape ou en notre Docteur divinement certifié de Dieu, Jésus-Christ (Ph. D. en Vérité divine.) Quant à moi, j'ai choisi, par la grâce et la révélation de Dieu qui agissent en moi, de placer ma confiance en Jésus-Christ; et je proteste à tout docteur ou enseignant qu'il doit, lui aussi, soumettre entièrement, par la foi, son intellect, ses raisonnements, et tout ce qui est en lui, à Jésus-Christ son Seigneur, à Lui et à ses divines paroles; de peur qu'il n'agisse alors en faux-docteur, car il est écrit: "Mes frères, qu'il n'y en ait pas parmi vous beaucoup qui enseignent, car nous encourrons un jugement plus sévère." (Jacques 3:1)


 


Cette Parole écrite de Dieu, dont la Bible parle, intégralement inspirée, entièrement libre d'erreur et de tout soupçon, et providentiellement préservée, cette Parole qui est celle des Réformateurs, du Protestantisme, des Chrétiens évangéliques du Moyen Âge, et même des Apôtres, existe bel et bien pour le peuple de Dieu. Son Texte original est aujourd'hui disponible, et ses versions fidèles sont accessibles. L'analyse de ce premier point justifiait amplement, à lui seul, la rédaction de cette lettre; et j'exhorte donc tout homme à veiller à ce que la vérité triomphe parmi les Chrétiens et sur la place publique, et qu'elle soit fortement établie, afin que soit maintenue toujours plus pure et bienfaisante, sur le chandelier de nos Églises, la lumière divine qui doit éclairer la maison toute entière et resplendir dans le monde! Gloire à Dieu!