Accueil
Le péché originel
La loi
La Grâce
La Grâce
Documents
Inspiration et Préservation
La Bible Authentique
Emancipation de la Religion
Annulation des Formes de Distinctions
La saisissante réalité du péché
Le mal le Diable et les Démons
La Loi de l'Ancienne Alliance
Eglise Marginale
Comment vivre une vie de vaiqueur
Voyage au pays Vaudois
Histoire des Vaudois 1669
Le Christianisme Paganisé



Contact
Information
Confession de foi
Liens

O-logos.com

  

  

A Christ seul soit la gloire !

Le Culte de Caïn

Par Jean Leduc

Le Culte de Caïn


     La Bible indique clairement que la création de Dieu en six jours était par le passé extraordinairement merveilleuse et bonne. Avec l'entrée ultérieure du péché toute la création est devenue polluée et affligée. Ainsi toute la création, y compris nous-mêmes, est tombée, altérée, et affligée, et se lamente pour la restauration.

 

Nous arrivons ainsi à l'indication que Caïn et sa descendance adamique "selon la chair" instituèrent un culte opposé à celui de son frère Abel. 


Toutes les indications nous permettent de reconnaître que Caïn inaugura le culte d'adoration du Soleil, c'est à dire le culte de l'intelligence qui se nomme aussi "le Culte du Moi" ou "le Culte de l'enchantement de Soi", du mot Hébreu "Nachash" qui signifie "enchantement" et "raisonnement", et qui fut traduit figurativement par "serpent". 


Ce terme est relié dans l'Apocalypse à "Dragon", celui qui admire attentivement, l'Illuminé ou l'Initié, un Souverain. Ceci identifie Caïn comme le premier Souverain Pontife (le premier Pape ou Pasteur), c'est à dire "le premier Antichrist". Il est significatif que nous retrouvons chez les Hindous une pratique de ce culte qui se nomme "le Kundalini" ou "l'ascension du serpent de feu vers le soleil intérieur de l'âme". Cette relation nous indique pourquoi les anciennes civilisations furent imprégnées de pratiques magiques de toutes sortes.

 

Que Caïn fut l'origine de l'adversité contre Dieu est confirmé par le grand exégète biblique Matthew Henry (Matthew Henry's Commentary, vol-1, pg. 36, 37):


 "Ève aurait été satisfaite que son fils Cain fut l'accomplissement de la promesse, le Messie promit. 

Ceci est indiqué dans ses paroles:


 J'ai acquis un homme de par l'Éternel (Gen.4:1), qui peuvent se traduire selon l'original: "J'ai eu un homme, l'Éternel même, le Dieu-homme". 


Croyant qu'elle avait obtenu l'accomplissement de la promesse en son premier fils, elle le nomma Caïn, nom qui signifie: posséder, appartenir, se procurer, s'emparer. Elle en fut si enthousiasmée et remplie d'une fausse joie, qu'elle considérait un autre fils "inutile"; ainsi son deuxième fils fut nommé Abel, nom qui signifie: inutile, vain, insignifiant, et qui porte la notion de ABBA ou Dieu le Père. Après un certain temps, Cain et Abel amenèrent à Adam, le premier sacrificateur de la race humaine, chacun leur offrande à l'Éternel; car Adam fut le Souverain Sacrificateur du monde entier en ces jours là, tout comme Melchisédech le fut après le Déluge.

 

Nous avons souvent la fausse impression qu'il y avait très peu de monde sur la Terre en ce temps; mais selon Walter T. Brown Jr. (In the Begenning):  "Les statistiques impliquent qu'en ce temps, les gens avaient de grosses familles, probablement de neuf enfants ou plus, avec une longévité de vie inouïe.  Si cela fut la grosseur d'une famille typique en ces jours, la population du monde avant le déluge fut donc possiblement dans les billions".

 

Il est significatif que l'Écriture mentionne l'offrande de Caïn en premier.  Ceci nous indique qu'il fut le plus considéré des fils d'Adam.  En effet, l'Écriture nous enseigne clairement que le droit d'aînesse allait généralement au premier enfant mâle qui ouvrait la matrice (Nom. 3: 12,13).  Sûrement l'influence de la mère de Cain, qui le croyait être l'accomplissement de la promesse et qui voyait son fils premier-né comme étant Dieu manifesté dans la chair, modifia la personnalité de Cain qui se croyait être le Messie et s'enfla d'orgueil.  Nous voyons ceci dans l'attitude qu'il avait lors de la présentation de son offrande; attitude qui fut celle du Pharisien face au Publicain: 


 "Le pharisien debout, priait ainsi en lui-même:


 0 Dieu, je te rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes...


ou même comme ce publicain... Le publicain, se tenant à distance, n'osait même lever les yeux au ciel; mais il se frappait la poitrine, en disant:


0 Dieu, sois apaisé envers moi, qui suis un pécheur. Je vous le dis, celui-ci descendit dans sa maison justifié, plutôt que l'autre. Car quiconque s'élève sera abaissé, et celui qui s'abaisse sera élevé" (Luc 18:9-14).


Caïn, le pseudo possesseur de la promesse, le faux Messie et dieu de ce monde, sous le règne du pouvoir de la chair, rempli d'orgueil et de confiance en lui-même; offrit son sacrifice selon le fruit de ses œuvres (Gen. 4: 3), et ainsi son sacrifice fut une abomination à l'Éternel (Pr. 15: 8; Gal. 2: 16).  Mais Abel, l'inutile, le marginal, offrit son sacrifice par la foi dans la promesse à venir, et fut justifié; montrant qu'il fut humble et repentant.  Le fait que Abel fut un berger, nous indique qu'il fut un dirigeant spirituel; tandis que Caïn, comme laboureur, fut un dirigeant politique caractérisé par la soif du pouvoir.  Une traduction étymologique contextuelle de Gen. 4:1-5 nous aidera ici à comprendre d'avantage:

 

1 ¶ Or, Adam connut Ève sa femme, et elle conçut, et enfanta Caïn du raisonnement qu'elle acquit, et elle dit: J'ai acquis un homme qui est l'Éternel même.

2 Elle enfanta encore son frère Abel qu'elle considérait insignifiant; et Abel dirigeait la conversion des êtres vivants, mais Caïn gardait les hommes sous l'esclavage.

3 ¶ Or, au bout de quelque temps, Caïn proposa la délivrance des hommes en offrande à l'Éternel;

4 Et Abel présenta, lui aussi, le droit d'aînesse de la conversion, et de son enrichissement. Et l'Éternel eut égard à Abel, et à son offrande;

5 Mais il n'eut point égard à Caïn, ni à son offrande; et Caïn s'enflamma de colère, et sa présence fut disgraciée (Naphal = Nephilim).

 

Comme fils d'Adam, qui fut le chef et roi de la race des "Vigilants" (Gen. 2:19) ou "fils de Dieu"(constructeurs puissants, selon une nuance de l'original), Caïn et Abel détenaient des positions importantes dans l'administration et la direction de ces puissants constructeurs après la chute.  Le Texte Sacré nous indique que Caïn gardait intentionnellement les hommes dans l'esclavage de la chair, tandis que son frère Abel se préoccupait de leur conversion d'après la promesse Édénique dans Gen. 3: 15. ( ...je mettrai de l'inimitié entre toi et la femme; entre ta postérité et la postérité de la femme: cette postérité t'écrasera la tête et tu la blesseras au talon..)


Nous voyons ainsi que Caïn avait la direction politique et Abel la direction spirituelle du peuple des Vigilants (Gen. 2:18-20; Bible de l’Épée). Caïn tenta de marchander avec Dieu en lui offrant subtilement la délivrance du peuple qu'il gardait sous son esclavage, s'érigeant ainsi lui-même comme Messie et Sauveur.  Mais jaloux du fait que Dieu approuva l'offrande de son frère et non la sienne, Caïn tua Abel (Gen.4:8), de même que "celui qui est né selon la chair persécute celui qui est né selon l'Esprit" (Gal.4:29).  Dans son raisonnement tordu, Caïn tua son frère dans le but de forcer Dieu à le justifier selon ses œuvres, de s'emparer de l'héritage réservé uniquement aux justes, et de s'établir comme Souverain Pontife sur la race des Vigilants.  C'est de lui que Jésus parle lorsqu'il dit aux Juifs: 


 "Vous avez pour père le Diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu'il n'y a pas de vérité en lui.  Lorsqu'il profère le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur et le père du mensonge" (Jean 8:44).


 Il est indéniable que Caïn fut le premier meurtrier et le premier menteur de la race humaine (Gen. 4: 8,9), le chef de la puissance des ténèbres. 

 

Depuis la destruction du monde par le Déluge, l'esprit de Cain "qui est réservé sous l'obscurité dans des liens éternels, jusqu'au jugement de la grande journée" (Jude 6); est l'esprit de voleur qui vient que pour dérober, tuer et détruire (Jean 10: 10) l'œuvre du Seigneur Jésus, c'est à dire pour contrariez ses pas (Gen. 3: 15). Caïn est donc l'incarnation officielle de Satan dans la chair, le prince des enfants de la rébellion dans la postérité du serpent. Comme la personnification de l'esprit du mal (1 Jean 3:12), de l'esprit du raisonnement subtil d'indépendance qui résidait dans ses parents; Caïn devint le Diable authentique, l'ennemi de Dieu. Caïn est donc le résultat de la chute de l'esprit de l'homme dans la chair; et non point le résultat de la chute d'un ange mythique qui se nommerait Lucifer.